oiseaux


Ordre : NC
Famille : NC
IUCN : NC


Gypaète barbu

Gypaetus barbatus

Dernier maillon de la chaîne alimentaire, le Gypaète, Gypaetus barbatus, est un charognard exclusif, son gosier élastique et  son système digestif lui permettent de se nourrir essentiellement d’os, complétés par un peu de viande et de tendons. Lorsqu'un os s'avère trop gros pour être englouti tel quel, il le saisit entre ses serres ou dans son bec, s’envole et le lâche au-dessus d’un pierrier, dit pierrier de cassage.

De là vient son surnom de casseur d'os.

Avec son physique si particulier et sa grande envergure, nos ancêtres ont prêté au Gypaète des pouvoirs démoniaques. Ils le considéraient comme une bête féroce, représentant un danger pour les troupeaux et l’Homme ! Son cercle rouge autour de l’œil était le signe du démon et son poitrail dégoulinant était la preuve, selon nos ancêtres, qu’il se baignait dans le sang de ses victimes !

C’est à cause de ces croyances qu’il a failli disparaitre. C’était bien sûr ignorer que le Gypaète ne se nourrit presque qu’exclusivement d’os, remplissant ainsi un rôle de nettoyeur des montagnes et qu’il a l’habitude de colorer son poitrail de boue rouge pour montrer à ses congénères qu’il est maître de son territoire !

Dès les années 1980, la Vulture Conservation Foundation (VCF) a initié un projet de réintroduction des gypaètes barbus dans les Alpes. Grâce à une collaboration avec plus de 50 parcs zoologiques européens qui les reproduisent, le gypaète barbu a été réintroduit dans plusieurs régions, notamment dans les Alpes, où 15 à 20 couples nichent aujourd'hui

Il est encore considéré aujourd’hui comme le rapace le plus menacé d’Europe, mais grâce aux efforts conjugués des parcs zoologiques et des associations de protection de la nature, son avenir semble assuré.

Envergure : 2,60 à 3 m
Poids : 5 à 6 kg
Longévité : environ 30 ans
Ponte : 1 ou 2 œufs de décembre à mars
Incubation : de 53 à 58 jours